a tauturu ia na paris : les medias en parle    

TNTV

Cliquez sur la petite flèche en bas de l'écran de visualisation
Si vous n'utilisez pas Microsoft Internet Explorer, vous aurez peut-être des difficultés à lire ce clip.
Dans ce cas utilisez ce lien direct

La Dépêche de Tahiti

Cliquez sur cet article pour l'agrandir

                                            Le site de la Fondation HOPALE
   A tauturu ia na !
Juste avant l'Assomption, c'est une bien jolie messe qui a été donnée à la chapelle de l'Institut François Calot de Berck sur mer, qui reçoit chaque dimanche de nombreux malades, avec leurs familles et des membres du personnel, actifs ou retraités.
Le Père Fleury accueillait en effet l'association tahitienne "A tauturu ia na!" (Aidez-le !) qui entre les passages liturgiques chanta en musique des chants de Tahiti tournés vers l'aide et la prière.
La Fondation Hopale a des liens très anciens et extrêmement chaleureux avec les patients des îles qui n'hésitent pas à entreprendre le long périple pour se faire soigner chez nous. C'est le cas de Joseph hospitalisé au Centre J.Calvé, dont Catherine, la maman, hébergeait ce week-end les amis musiciens de Tahiti ; Ils donnèrent à la chapelle et à ses fidèles tout leur coeur et leur douceur.
Un verre de l'amitié fraternelle suivait la lumineuse cérémonie qui requinqua tous les participants.

Service Communication - Fondation Hopale - 20/08/07

 

Versailles pour les malades polynésiens

MÉTROPOLE - Noël de l’association “A tauturu ia na” de Paris

( Décembre 2008 )


 

Cette année, l’association “A tauturu ia na” de Paris a fait descendre le Père Noël au sud de Versailles, en métropole, pour offrir aux malades polynésiens, un superbe déjeuner de fête avec une animation hors pair. “Le Relais de Courlande”, aux Loges-en-Josas, est un domaine qui comprend hôtel, spa, restaurant gastronomique et un espace pour réceptions particulièrement soigné.

C’est dans ce cadre magnifique, que Nini Barnoin- Topata et sa fidèle équipe ont accueilli quelque 160 convives, dont une centaine de malades et leurs accompagnateurs. Dispersés dans les établissements de Paris et de la région parisienne, ils ont pu être acheminés grâce au coup de main de l’antenne CPS et de la Délégation de la Polynésie française. Patrice Jamet, président de la Fédération “A tauturu ia na” a fait le déplacement. “Cela fait déjà dix ans que nous fonctionnons uniquement sur la base du bénévolat, parce que nous, Polynésiens, nous avons la solidarité en nous, et donc ça marche ; notamment à Paris,” fait-il remarquer, tout en signalant que la CPS avait une convention de partenariat en métropole, suspendue cette année...

Oublier sa santé chancelante

Les liens ne sont pas pour autant rompus, puisque Maeva Serre, la responsable de la CPS de Paris, était présente aux côtés de Maeva Salmon, Déléguée de la Polynésie française à Paris, ainsi que d’autres personnalités invitées, comme Raymonde Raoulx, présidente du CESC, Heremoana Maamaatuaiahutapu, Michel Paillé, président de la Fédération tahitienne de football, et Pierre Cibot, directeur général de la Ligue Paris-Île-de-France de football. La fête était d’abord dans l’assiette avec grand service et grand menu. Un vrai régal amplifié par l’animation offerte par le groupe musical “Tai’ Vini”, de Teva Pani, fidèle à “A tauturu ia na” et avec le renfort de Teanuanua Paraurahi. Mais la surprise est venue d’un imposant groupe de danse, conduit par Joseph Tetauupu et qui rassemblait 18 danseurs et danseuses, dont bon nombre d’étudiants de Paris.

“Nous avons voulu faire la surprise à nos malades, en créant un spectacle pour eux, basé sur une légende. Et comme nous venons de toute la Polynésie, nous avons appelé le groupe To’iki Tama Poki”, raconte Joseph. Cela, c’est pour la scène. Quant aux coulisses, ce sont Nini Barnoin- Topata et son équipe qui ont tout organisé, y compris le petit comptoir de vente d’articles du fenua et, bien entendu, les cadeaux du Père Noël. Et il n’était qu’à voir la joie dans les yeux des malades et leur famille pour comprendre que ce Noël aura bien fait oublier un temps, la santé chancelante.

Philippe Binet (La dépêche de Tahiti)

     


[ Les membres du bureau ] - [ Les bénévoles "actifs" ] - [ Les bénévoles "exceptionnels" ]
[ Les activités de l'association ] - [ Présentation de l'association ] - [ Les statuts de l'association ]

Cliquez ici =>    pour lire ou laisser un commentaire

 

 

Envoyez vos infos pour être affiché sur ce site : C'est gratuit ! - Plus de 1500 visites par jour ... Mauruuru roa
Webmaster Gérard Deshayes
©  -Tous droits de reproductions interdits sans autorisation - modèle déposé