christian deloffre

Né à Paris en 1950.
Depuis presque vingt ans, il partage son art entre Moorea et la France, où il a appris à dessiner dans l'atelier de Bernard Perrin, alors professeur de sculpture aux Beaux-Arts de Paris.
Il franchit l'équateur en 1980 pour voir l'autre côté du monde et le peindre.

Arrivé à Papeete, il s'attache à décrypter la végétation tandis que sa peinture jusqu'alors expressionniste et tourmentée s'accroche dès 1981 aux cimaises de la galerie «Vaim'antic ».
Il expose ensuite à Paris, La Baule, à Bourg-en-Bresse, à Auxerre et Avallon.

Deloffre est manifestement déchiré entre ces deux mondes, l'Europe et l'Océanie, où constamment se côtoient les Tahitiens entourés de leurs enfants dans leur fare, dans leur cadre naturel avec leurs pirogues et les paysans, les genêts de Bretagne, les chalutiers et les chalands du nord de la France.

En 1990, le peintre s'installe à Moorea. Il renoue avec ses personnages en mouvement, puis il tente de rendre la brillance des perles et des nacres sur de grandes toiles à la Galerie Reva Reva. L'expressionnisme gestuel des premières années cède le pas à la préoccupation technique et à la précision du dessin.

La Tahitienne apparaît seule dans un monde débarrassé des anecdotes paysagistes pour ne livrer que l'essentiel et peut-être le plus simple.

Deloffre semble soucieux plus que jamais de combler cette immensité qui oppose et lie sans paradoxe les deux univers que sont l'Europe et l'Océanie.

Christian Deloffre est un peintre complet, précisément parce que son tempérament riche est partagé en deux aspects qui s'opposent parfois.

D'une part, une inquiétude native le porte vers une expression angoissée qu'on retrouve vers une peinture gestuelle et sombre.
D'autre part, une nature sensuelle et aimable qui a trouvé sa pleine résonance en Polynésie, au spectacle de la lumière, des femmes et des fleurs.

 

Christian habite Trôo, un village troglodyte sur les bords du Loir et dont les plus vieilles constructions appartiennent à l'époque médiévale, bien que le site fut habité dès l'antiquité, explique l'artiste qui a installé son atelier dans une grotte creusée à même la falaise.

Les caves de son village de Trôo ont du caractère et séduisent une population de nouveaux troglodytes souvent des artistes comme Christian Deloffre qui a restauré et aménagé l'une d'entre-elles.

 


Le blog de Christian Deloffre =>
http://deloffre.artblog.fr


 

Cliquez ici =>   pour lire ou laisser un commentaire

 


Envoyez vos infos pour être affiché sur ce site : C'est gratuit ! - Plus de 1800 visites par jour ... Mauruuru roa
Webmaster Gérard Deshayes
©  -Tous droits de reproductions interdits sans autorisation - modèle déposé